Menu d'accès rapide :

 

Junior Association Percus en folies (33)

 
Interview réalisée le 14 octobre 2010 avec le président de la Junior Association : Flavien

Bonjour, vous êtes actuellement le président de la Junior Association, Percus en folies. Votre projet est de permettre aux jeunes de découvrir le monde de la percussion. Pouvez-vous m’en dire un peu plus ?

Nous sommes actuellement en pleine période de transition. Nous avons été en Junior Association majeure pour l’année 2009/2010 et nous souhaitons créer notre association de loi 1901 au cours de l’année 2010/2011. Nous avons actuellement quelques soucis pour joindre la préfecture. Nous allons tout de même renouveler notre habilitation pour l’année 2010/2011 et finaliser la création de notre association. Notre projet s’élargit un peu puisque nous souhaitons mêler à notre projet culturel – les ateliers de percus – une action humanitaire.

Comment se déroule les ateliers de percus ?

Nous préparons une quarantaine de dates pour les ateliers. Vous pouvez trouver toutes les dates sur notre site internet. Cette année, nos ateliers vont durer une heure et les participants seront répartis de la manière suivante : Nous avons un groupe d’éveil musical autour des percussions pour les élèves de maternelle. Nous avons ensuite des ateliers de percus et de batteries pour les primaires, collèges et les adultes. la répartition des élèves est davantage basée sur l’âge que sur la maîtrise. Nous proposons ainsi aux plus jeunes (les maternelles) des ateliers plus ludiques.
Cette année, nous allons mettre un peu moins d’ateliers, environ une quinzaine au lieu d’une quarantaine l’année dernière.

Pouvez-vous m’en dire un peu plus sur le projet humanitaire ?

J’ai eu l’occasion de partir au Sénégal en janvier pendant 15 jours pour fournir du matériel. Après ce séjour, je me suis dit qu’on ne pouvait pas s’arrêter là et avec le vice-président, et mon professeur de compta,  nous avons l’intention de proposer un nouveau voyage humanitaire pour aider les enfants des rues au Sénégal en janvier prochain. J’ai eu des contacts avec le comité de jumelage de Canéjan, récupéré du matériel.

Combien de personnes composent votre association ?

Au cours de l’année 2009/2010, nous étions 17. 6 animaient des ateliers et géraient l’association. Il n’est pas aisé d’impliquer tout le monde au même niveau. Certains ne veulent animer que les ateliers mais il faut tout de même faire vivre l’association.

Et au niveau des élèves, vous en comptez combien ?
 
Il est difficile d’avoir un nombre précis puisque les inscriptions aux ateliers se font tout au long de l’année. Certains vont participer à un atelier, d’autres à plusieurs. De plus, nous proposons également des ateliers dans les Centres de Loisirs. J’estime que nous touchons environ 100 personnes.

D’où vient cette idée de mettre en place des ateliers ?

 
Pour la plupart, nous sommes des percussionnistes passionnés. Cela fait maintenant 7 ans que je fais de la batterie. Avec l’actuel trésorier, nous avons fait partie au sein de notre collège de l’atelier batterie et au fur et à mesure, le projet nous est venu à l’esprit. Nous avons créé la Junior Association il y a deux ans avec le trésorier.

Quels ont été les évènements marquants de l’année dernière ?

Nous avons participé au Cabarethon à l’occasion du Téléthon, un concert et la tenue d’une buvette au carnaval de la commune, la participation à la fête de la musique mais nous y participons depuis 4 ans maintenant en tant que groupe musical, et surtout notre spectacle intitulé « la folie percussionniste » dont la représentation s’est déroulée à la salle Simone Signoret le 09 mai 2010 et a rassemblée 150 personnes. Le spectacle a été écrit par moi-même, l’affiche et le flyer également. Concernant l’impression de ces documents, nous avons établi un partenariat avec l’association de pétanque de notre commune pour les affiches et avec la mairie pour les flyers.

Pouvez-vous tirer un bilan positif et négatif de cette année en junior association ?
 
Les évènements se sont tous super bien passés. Nous sommes très contents du spectacle même si cela a pris beaucoup de temps pour le mettre en place. Quelques points négatifs au niveau des ateliers. Nous n’avons pas eu le même fonctionnement sur les ateliers l’an passé. Nous avions des ateliers de deux heures ouverts à tous. Nous avons eu moins de monde, et moins d’inscriptions que l’année précédente. je ne saurais pas expliquer pourquoi.
Nous avons également des difficultés à motiver tous nos bénévoles. La plupart ont 15-16 ans et c’est dommage qu’ils ne soient pas forcément force de proposition. Ils veulent faire des percussions mais pas forcément gérer l’association. On essaie de les motiver du mieux qu’on peut en leur communiquant les informations sur la vie de notre junior association.

J’ai l’impression que vous êtes bien ancrés sur votre territoire …

Effectivement, nous avons l’occasion d’être répertoriés sur le site de la mairie de Canejan en tant qu’association. D’ailleurs, vous pouvez y trouver toutes les dates des ateliers. Le 11 septembre dernier, nous avons participé au forum des associations de notre commune et personnellement, je suis animateur socio-culturel, ce qui permet de faire connaître l’association aussi. Il n’existe pas beaucoup d’association de musique sur notre territoire et certains souhaitent faire de la musique. Il y a certes l’école de musique mais cela engendre un coût, et le cours n’est pas toujours suffisamment ludique.

Comment pouvez-vous expliquer cet ancrage sur le territoire ?

 
Nous sommes mentionnés sur le site grâce à notre animateur jeunesse qui fait passer le message à la mairie. Avant d’être en Junior Association, nous animions déjà des ateliers percus dans la commune. Notre animateur a peut-être ainsi souhaité voulu nous remercier de l’aide rendue et a cru en notre projet. Nous avons également la chance d’être en contact régulier avec une journaliste du Sud-Ouest qui rédige des articles sur notre association. D’ailleurs, à l’occasion du forum des associations, elle nous a interviewées. Nous commençons également à être identifiés dans les communes alentour. Nous avons des élèves de Canéjan mais aussi de Cestat, Gazinet… et en plus, je suis particulièrement impliqué dans la vie de la commune : j’ai l’occasion d’être invité à différentes manifestations, ce qui développe également mon réseau professionnel. Nous avons l’avantage d’habiter dans une commune qui accompagne beaucoup les associations, qui les valorise via le journal de la commune. En plus, nous bougeons bien, on se fait connaître en participant à divers évènements organisés au sein de la commune.

Comment avez-vous connu les « Juniors Associations » ?

Nous avons connu le dispositif totalement par hasard. Nous voulions continuer à faire notre passion et la partager avec d’autres et nous souhaitions  créer une association. Nous avions, à l’époque 17 ans, et en cherchant sur internet, je suis arrivé sur l’appel à Projets « Envie d’Agir » où il était écrit : « vous voulez créer une association, mais vous avez moins de 18 ans ? ». ça a piqué ma curiosité et je suis arrivé sur le site du Réseau National des Juniors Associations. En plus, nous avons eu la chance au même moment de bénéficier d’un local mis à disposition de la mairie, ce qui nous a permis de commencer assez rapidement le projet.

Justement, à ce propos, combien de temps avez-vous mis à monter le projet de la junior association ?
 
Nous avons tout de même réfléchi quatre à cinq mois sur le projet. Notre Accompagnateur local nous a beaucoup aidés ainsi que notre professeur de français pour l’orthographe. La création d’une junior association nous a beaucoup apporté. Nous y avons développé le sens du relationnel, mais aussi la rédaction de courriers pour des personnalités, et des structures. Honnêtement, moi qui avais du mal à rédiger de longues phrases, j’ai aujourd’hui beaucoup moins de difficultés.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’être en Junior Association ?

Le côté  positif c’est que nous jouissons d’une certaine reconnaissance sur le territoire, nous avons pu réaliser notre projet avant nos 18 ans et ouvrir un compte bancaire pour les subventions. Mais on n’est pas une association loi 1901, ce qui nous empêche par exemple de bénéficier de réductions dans certains magasins puisqu’ils nous demandent le récépissé de déclaration en préfecture.


Vous êtes aujourd’hui animateur socio-culturel dans votre commune. Vous avez donc éprouvé l’envie de poursuivre dans le domaine culturel…

J’ai depuis de nombreuses années toujours eu envie de faire de l’animation. L’idée du projet de la junior association est venue de moi. Cela nous permettait de faire de l’animation tout en étant plus libre sans forcément avoir le BAFA. Cette année, je passe le BPJEPS pour continuer dans l’animation socioculturelle. La Junior Association a permis de confirmer mon envie de travailler dans ce domaine.

Et les autres de la Junior Association …

Les autres membres n’ont pas forcément l’intention de continuer dans le domaine. L’un souhaite être astronome, un autre dans l’informatique. Toujours est-il que pour le moment, ils sont toujours motivés pour faire partie de l’association et on verra pour l’année prochaine.

Quels soutiens vous apportent  votre Accompagnateur Local et votre Relais Départemental ?
 
Nous avons eu au début du projet un accompagnateur local qui nous a beaucoup soutenu et aidé dans le projet mais nous sommes devenus de plus en plus autonomes. Il a continué à être référencé comme Accompagnateur local et répondait à nos questions spécifiques, notamment celles en rapport avec la mairie.
Notre Relais Départemental a changé en 2008. Au début, Régine était notre Relais Départemental. Elle avait pour mission d’accompagner les Juniors Associations et les relations étaient très cordiales. Elle venait voir les spectacles de la Junior Association. Lors de son départ, il a été difficile pour nous d’avoir un autre relais départemental qui, de plus, avait d’autres missions que les juniors associations. Elle est moins disponible car elle est surtout plusieurs fronts à la fois mais nous avons également de très bonnes relations avec elle.

L’interview touche à sa fin. Une dernière question : Comment votre Junior Association est-elle financée ?
 
La mairie nous a versé il y a deux ans une subvention de 1 000 euros et 500 euros l’année dernière et le reste c’est de l’autofinancement : buvette, ateliers percus et batterie. Nous avions également déposé un dossier de subvention auprès du conseil général et du conseil régional mais elles n’ont pas abouti et finalement, on n’en a pas eu besoin. Nous avons acquis du matériel : 5 djembés cette année et nous avons deux batteries au sein de l’association.

Je vous remercie pour le temps consacré à l’interview et vous souhaite de la réussite dans vos projets futurs.
 
Site Internet de la Junior Association : http://percus-en-folies.over-blog.com 
 
2001 - 2007 Réseau National des Juniors Associations - contact@juniorassociation.org